PEUT-ÊTRE VOIR AUSSI DU CÔTE DU PAPIER TOILETTE QUE LES MOUETTES UTILISENT.......?

Publié le par Association EFFET MER

JE PENSE QU'IL SERAIT JUDICIEUX DE VOIR AUSSI LES VASES QUI RECOUVRENT DOUCEMENT MAIS SUREMENT LES PARCS A HUÎTRES......  RENSEIGNEMENTS A PRENDRE AUPRÈS DE MONSIEUR BERNARD PATRON DE LA GIGAS.

JE PENSE QU'IL SERAIT JUDICIEUX DE VOIR AUSSI LES VASES QUI RECOUVRENT DOUCEMENT MAIS SUREMENT LES PARCS A HUÎTRES...... RENSEIGNEMENTS A PRENDRE AUPRÈS DE MONSIEUR BERNARD PATRON DE LA GIGAS.

Commenter cet article

Francis 09/07/2017 18:36

Usine d'engrais Chignard, puis Chignard et Delfau
Aytré (Charente-Maritime), rue du Puits-Doux Besselue
photo de la notice
Vue générale prise du nord ouest. © Inventaire général / Phot. Inv. M. Deneyer
Date de l'enquête : 1996
Historique :
L'usine d'engrais est construite en 1904 pour M. Matelot, vidangeur. Elle est rachetée en 1910 par Henri Chignard pour la fabrication d'engrais organo-chimiques, à partir de matières fécales et de résidus d'animaux traités dans un atelier d'équarrissage annexé à l'usine. Le magasin et la conciergerie sont construits en 1917. Les deux fils Chignard et le gendre, Marcel Delfau, prennent la succession en 1931 et créent la Société Chignard et Delfau. Le magasin est agrandi en 1945. L'atelier d'équarrissage est vendu en 1967. Vers 1978, Noël Delfau devient le gérant de la société. L'engrais produit est vendu essentiellement dans le Cognaçais pour la culture du vignoble : vers 1984, un marasme dans le commerce du cognac entraîne la reconversion de la société Chignard et Delfau dans la fabrication de terreau à base de résidus forestiers et de matière fécale. En 1987, l'activité de vidange cesse et la fabrication d'engrais est cédée et transférée à Forges (Charente-Maritime) en 1990. Depuis, les bâtiments servent d'entrepôts industriels.
Description :
L'atelier de fabrication et la conciergerie sont en moellon de calcaire enduit couverts en matériau synthétique : la charpente de l'atelier est en métal. Le magasin, agrandi en 1948, est en parpaing de béton enduit couvert d'une charpente métallique et d'un toit en tuile mécanique. Les bassins de décantation ont été comblés.
Documentation :
● Archives :
Archives départementales de Charente-Maritime, P cadastre Aytré, 1882.
Archives municipales de La Rochelle, 14 W 17. 1967-1972 : établissements insalubres classés.